Stepping Stones Community of Practice Subscribers

To access information on this website, please fill in the following information. Thank you!

Resources

Stepping Stones in Senegal

English Francais Region West Africa

Utilisation de Parcours au Sénégal

*To read this text in English, click here

“La femme sénégalaise est très active, engagée politiquement et se bat économiquement mais dans le contexte du VIH, il s’agit d’une maladie qui appauvrit :” ton mari t’appauvrit” – la plupart des femmes séropositives sont des veuves” – Présidente d’ABOYA (Unies dans l’Espoir), organisation de femmes séropositives au Sénégal


Informations collectées suite à la visite au Sénégal en Avril 2011 d’Amandine Bollinger, coordinatrice du programme Stepping Stones (Parcours), Salamander Trust. Voir aussi la page “ressources en français” pour plus d’informations sur Parcours.

Veuillez cliquer sur les liens pour accéder aux entretiens avec deux formateurs de Parcours au Sénégal: Abdoulaye Konaté (ACI) & Abdoulaye Dieng (ACI).

En 2008, la population du Sénégal était estimée à environ 14.1 millions d’habitants. La région de Dakar abrite 22,4% de la population totale. Le Sénégal est parmi les pays les plus urbanisés d’Afrique Sub-saharienne. 65% de la population a moins de 25 ans. La principale religion est l’islam (94%), mais on y trouve également des chrétiens (4%) et 2% appartenant à d’autres religions. La population rurale est à majorité analphabète et les femmes sont davantage touchées (28,2% d’alphabétisées contre 49,5% chez les hommes).

En matière de VIH, le Sénégal est considéré comme un exemple de réussite parce qu’à l’instar de la plupart des autres pays d’Afrique sub-saharienne, il a su maintenir un taux de prévalence en VIH particulièrement bas, ce grâce à une politique de prévention énergique et rapide – active dès la fin des années 80. En 2007, 1% de la population adulte était séropositive et l’ONUSIDA considérait qu’il existait 67 000 cas de VIH dans le pays. On retrouve au Sénégal les deux types du virus du sida à savoir le VIH-1 et le VIH 2.

Si la prévalence est faible au niveau de la population générale, elle est par contre concentrée et élevée chez certains groupes comme les professionnelles du sexe (19,8% et 29% dans la région de Dakar et de Zinguinchor respectivement) et chez les hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes (21,5% dans la région de Dakar seulement).  Les poches de forte prévalence en VIH incluent les régions de Kolda  (région des mines d’or) à 2,3% ; Kédougou à 7%, et Ziguinchor (2%) qui bordent la Guinée Bissau. La féminisation de l’épidémie est apparente puisque le ratio est de deux femmes vivant avec le VIH pour un homme séropositif ; la prévalence la plus forte est parmi les femmes entre 25 et 29 ans. Le taux de prévalence chez les femmes enceintes est de de 1.3%. Pour plus d’information sur la situation des femmes séropositivevs au Sénégal, merci de cliquer ici pour lire l’entretien de la présidente de l’organisation ABOYA (première organisation de femmes séropositives au Sénégal), par Amandine Bollinger, Salamander Trust.

Actuellement, la lutte contre le VIH figure parmi les objectifs des politiques sectorielles et est prise en compte dans le document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté et le Plan National de Développement Sanitaire.

Deux leçons ont été retenues dans la réponse au VIH au Sénégal : l’importance de travailler du bas vers le haut et celle d’inclure en tout point les personnes vivant avec le VIH.

Parcours est présent au Sénégal depuis 1997. Introduit initialement par ActionAid, la méthodologie a été activement développée par l’Alliance Internationale contre le SIDA (International AIDS Alliance).

map-senegal

Une importante session de formation a été organisée au Maroc en 1997, dirigée par Kevin Orr, AIDS Alliance. Trois personnes qui auront plus tard un rôle pivot dans l’utilisation du manuel au Sénégal y ont participé :

  • Mme Magatte Mbodj,
  • Mr Baba Goumbala
  • Feu Abbas Ka

C’est par la suite au travers des efforts de l’ANCS, L’Alliance nationale de lutte Contre le SIDA, dont le directeur exécutif était à l’époque Baba Goumbala, que Parcours a été rendu populaire au Sénégal.

Une équipe composée entre autre de Mme Mbodj, Mame Mor Fall, Massogui Thiandoum, Alioune Badara Sow et Mr. Famara s’est réunie pour créer un module global de formation, appelé « l’Approche de Prévention Positive », une adaptation sénégalaise de Parcours.

Utilisation de Parcours par l’ANCS (Association Nationale Contre le SIDA), principal bénéficiaire du Fonds Mondial depuis 2005 – www.ancs.sn

Parcours (ou l’Approche de Prévention Positive) est utilisé en complément de la méthodologie CAP (Connaissance, Attitude et Pratique) afin de cumuler les différentes stratégies préconisées par le Fonds Mondial, notamment en ce qui concerne la prise en charge des femmes et des enfants, ou encore la prévention positive. Parcours est particulièrement utilisé pour cibler et renforcer les populations concernées.

L’ANCS utilise la méthdologie pour mieux comprendre les difficultés d’une communauté et permettre une meilleure planification de ses programmes. Pour lire l’entretien avec la directrice executive de l’ANCS, Mme Mbodj et avec Mama Mor Fall, merci de télécharger le document au bas de cette page.

ACI – Africa Consultant International (www.acibaobab.org)

ACI utilise Parcours au Sénégal dans le cadre de son activité de soutien aux organisations de personnes vivant avec le VIH (26 associations en tout dont la majorité est dirigée par des femmes, notamment à Kaoloack). Un travail important est effectué sur l’auto-stigmatisation, une des difficultés récurrentes au sein des communautés de personnes vivant avec le VIH. Pour en savoir plus sur le travail de l’ACI avec Parcours, veuillez télécharger les notes de missions figurant ci-dessous.


Resource Links